Un condamné sur Internet

by jacksimpleman

Ce qui est bien avec Internet, c’est que tu peux raconter à peu près tout et n’importe quoi, il y aura toujours des mecs (cons ?) pour te lire et te croire.

Un condamné (sur twitter et tumblr) a ouvert un blog qui décrasse les claviers de la webosphère et bientôt fera sans doute couler l’encre des médias traditionnels. Cet ingénieur à la vie plus que normal apprend par son médecin qu’il ne lui reste plus que quelques 30 jours à vivre. Premier réflexe, il va blogguer. Je me joins à Orelsan et je me dis que “Plus Rien Ne M’Etonne”. Pourquoi pas.

Bref. Le mec a donc lancé un tumblr pour raconter ses supposées derniers jours et ouvert un compte twitter pour communiquer la venue de ses articles. Plusieurs choses me frappent et me poussent à penser que personne n’est condamné, du moins pas l’écrivain derrière ces articles un peu voyeuriste et assez mal écrit. Tout comme moi, sur twitter les avis penchent plus pour le #fake.

Premièrement, l’adresse du blog me paraît trop bien choisie pour ne pas être le coup de quelqu’un qui s’y connaisse en e-communication. Moi si j’avais été à sa place, j’aurais plutôt choisi quelque chose comme “jesucedesinfluenceurspourdesRT.tumblr.com” ou “lamortdemonanonymatdans30jours.tumblr.com”, ou utiliser un pseudo du genre “dantedu21emesiecle.tumblr.com” ou “gotik30.tumblr.com”. Ok, le mec fait genre de faire des références à des livres qu’il a lu dans son adolescence… Mouais. Pourquoi pas.

Deuxième chose un peu gênante, qui a déjà été expliqué dans d’autres blogs, son compte twitter qui ne suit que 20 autres comptes. 20. Déjà, c’est un chiffre rond. Première singularité. Ensuite, ces 20 followings sont des grands influenceurs du web, des comptes de journalistes ou de journaux.

Je répète que t’es en train de mourir. T’as envie de suivre des journaux encore ? T’as encore envie de te faire influencer par ces gros comptes twitter ? T’as personne d’autre à écouter dans la vraie vie ? Est-ce que t’as même envie de suivre quelqu’un d’autre ? Lire la vie d’un autre tandis que la flamme de la tienne s’estompe inlassablement ? Je ne suis pas à la place d’un condamné, mais je pense que la réponse correcte à ces questions est unique et sans appel : non.

Autre chose un peu qui me rend perplexe quant à la sincérité de la démarche opérée par cet homme. L’ingénieur de son état dit diriger une vingtaine de personne sur, j’imagine, de lourds projets dans une grande société. Apparemment, ses patrons et toute l’entreprise, ses 20 hommes sous ses ordres compris, s’en foutent complètement de le savoir absent. Il devait être inutile au bon fonctionnement de la compagnie. Personne ne l’a appelé le 1er jour de son absence. Le deuxième, il annonce à sa secrétaire qu’il sera absent un mois sur ordonnance de son patron. Voilà. Boum affaire réglée, passons à autre chose, tout le monde dans sa boîte s’en fout. Pourquoi pas… Mais j’ai un peu l’impression de me retrouver dans un film américain ou tout se passe bien au début, au milieu et même à la fin.  D’ailleurs d’autres blogs aussi circonspects que je le suis se sont fait la même remarque à ce sujet, bien avant moi.

Tant qu’on y est parlons du fond et de la forme de ses articles.

Le thème du tumblr est celui imposé par défaut. Sans doute montrer pour l’amateurisme dans l’internet que l’auteur tente de souligner dans ses textes. En effet, il explique bien que cette histoire de blog est une idée de son fils, de même pour le twitter que son fils lui a créé.

Le thumbnail du blog est une “oeuvre” de Banksy : fille avec un ballon rouge en forme de coeur. Je ne sais pas si c’est une preuve de mauvais gout ou pas. Moi je trouve ça has-been, mais bon. Et puis, je rappel quand même qu’il va clamser. Il s’est fait chier à mettre cette putain d’image en photo de profil sur son tumblr… Ah, attends, j’oublie que c’est “son fils” qui a tout configuré. Il est sympa ce ptit fiston.

Passons aux articles qui sont visuellement agréables à lire. Clairs et bien espacés, les textes ne sont pas d’indigestes et lourds pavés. Le thème minimaliste aide aussi un peu, je pense. Cependant, le fond des textes sont souvent affligeants et très peu pertinents pour quelqu’un qui va mourir.

C’est là que je doute clairement de l’authenticité de toute cette mascarade.

On se retrouve parfois, souvent dans des dialogues et des scènes de films américains. Je l’ai déjà dit, je sais. Mais je vais appuyer ma pensée par quelques exemples.

Dans l’article du Jour 4, il parle des livres de sa bibliothèque et explique la relation qu’il a avec. Il les contemple et soupire “J’en ai vécu des vies grâce à vous“… Avez vous déjà vu quelqu’un sortir des phrases aussi clichées dans la vraie vie à part pour faire des blagues ? Puis il donne son avis sur le livre électronique. Très peu pour lui, dit-il… Étrange réflexion pour un mourant. Pourquoi pas.

Article Jour 2 : “Au fond, c’est logique, moi je ne serai pas là pour souffrir de mon absence

Je souffre pour lui de sa niaiserie.

Les textes sont bourrés de phrases à la Marc Lévy du genre “J’ai 58 ans et je n’en aurai jamais 59“.

Il ne faut pas trop entrer dans le contenu des textes qui ont l’air d’avoir été écrit par un élève de première année de fac de lettre encore tout barbouillé du placenta de sa mère. “Hier encore, j’avais toute la vie devant moi“.

Les phrases sont courtes, ne dépassent pas les 10 mots. En revanche, on ne lui reprochera pas d’employer beaucoup de mots de trois syllabes ou plus. J’ai un langage plutôt châtié dans la vraie vie, mais je trouve que le sien semble assez forcé. Pour faire des belles phrases qu’on peut ressortir dans les dîners mondains ou plutôt autour de la machiné à café pendant la pause de 10h ou en statut Facebook. Ou pour des ruptures. “Je pense que je ne réalise pas encore. Je dois être sous le choc

Enfin bon bref, ça pue le gros coup marketing. C’est bien joué de la part de la marque, ils auront réussi à faire parler d’eux. Mais à mon avis ils vont se prendre une grosse claque dans la gueule lorsqu’ils se dévoileront.

Les français ne sont pas près à jouer avec la mort et le malheur des autres encore. Regardez l’histoire de Mickael Youn il y a quelques années qui avait crier au vol et au cambriolage pour finalement annoncer que ce n’était qu’un coup de pub pour une marque de poker en ligne. Tout le monde leur est tombé sur la gueule. Il a été détesté.

On va assister au même schéma avec ce tumblr.

Mais on peut aussi penser que ce tumblr est tout à fait légitime. Après tout, je l’ai assez répété tout au long de ce post, mais pourquoi pas… Nous n’avons jamais été à la place du mourant encore, on ne sait pas comment on doit penser dans ces moments là.

Advertisements